logo CFA 2018

CFA '18, Le Havre

Effets du bruit sur les performances : Mťcanismes psychoacoustiques et cognitifs

W. Ellermeier

Technische Universitšt Darmstadt - Allemagne

Mercredi 25 avril 2018, 08:15 - 09:00, Amphi de Manneville


Les effets du bruit sur la mémoire à court terme, mesurés de façon objective, ont été étudiés dans notre laboratoire au travers d’un grand nombre d’expériences. Le facteur principal, qui émerge pour expliquer la détérioration de la mémoire en présence du bruit - surtout la parole (”irrelevant speech effect” - ISE ) -, est caractérisé comme une interférence par processus, quasi-automatique, qui dépend de certaines qualités psychoacoustiques du bruit, par exemple sa ”force de fluctuation”. Mais dans certaines circonstances, dépendant de la tâche et surtout, quand il y a des éléments de surprise dans le bruit, un deuxième facteur de distraction par capture attentionnelle entre en jeu. Dans nos expériences, les conditions psychoacoustiques ont été étudiées en modifiant le détail spectral (via ”noise vocoding”) et l’intégrité temporelle (via ”locally time-reversed speech”) ; par contre les effets attentionnels ont été recherchés en introduisant une coloration émotionnelle dans la parole à ignorer. En outre, suivant si le signal brouilleur est dérivé de la langue de l’écouteur ou d’une langue étrangère, il existe des différences significatives - ce qui implique la contribution d’un mécanisme d’attention. En somme, les résultats - souvent obtenus en coopération avec des collègues en France et au Japon - montrent que les deux mécanismes (psychoacoustiques et attentionnels) sont additifs. Il serait donc possible d’envisager différentes méthodes pour réduire les effets du bruit sur les performances développées en situation bruyante.


Fichier ICS pour iCal

[ Fermer la fenÍtre ]